Vincent Jaloux, fondateur et gérant de Charpentes Jaloux

Publié le 13 août 2020 par Ingrid

Vincent Jaloux est le fondateur et gérant de l’entreprise Charpentes Jaloux à Puyricard, près d’Aix-en-Provence. Vincent a créé son entreprise suite à une reconversion professionnelle et s’est spécialisé dans la restauration de monuments historiques. Il réalise des charpentes traditionnelles en bois, des rénovations et restauration, ainsi que des aménagements extérieurs (pergolas, cabanes, etc.). Découvrez son portrait !

portrait-vincent-jaloux-articonnex

Pouvez-vous présenter ?

Vincent Jaloux. 39 ans. Marié. 5 enfants.

J’ai commencé par une école de commerce (NDLR: avec Emmanuel Morel, co-fondateur d’Articonnex), et j’ai commencé par du contrôle de gestion puis du marketing chez Bouygues Télécom pendant 6 ans, avant de me reconvertir pour devenir charpentier bois.

J’ai alors fait un CAP Charpente puis me suis spécialisé dans les monuments historiques.

Vincent Jaloux a également été finaliste du concours Meilleur artisan de France en 2019 dans la catégorie charpente. Vincent a fait partie des 8 sélectionnés parmi les 400 inscrits.

Pouvez-vous nous parler de votre métier ?

J’ai eu la chance de faire ma reconversion et mon CAP Charpente en alternance au sein de la maison Asselin, qui est une des plus belles entreprises de charpente de monuments historiques et aussi une menuiserie. J’y ai travaillé pendant près de 6 ans en tant que charpentier, bureau d’études et chargé d’affaires.

J’ai commencé par la charpente pure et dure, sur les chantiers. J’ai fait pas mal de cathédrales, de châteaux, d’abbayes et d’églises, avant de passer dans les bureaux puis à la conduite de chantier.

Enfin, je suis allé dans le Sud de la France pour reprendre une société pendant deux ans, avant de monter ma propre entreprise en 2018, Charpentes Jaloux, dans laquelle je réalise du traditionnel et où je tends à aller sur du monument historique tout seul.

Je suis seul pour le moment, mais je travaille régulièrement en binôme avec un confrère. On se partage nos chantiers et on se refacture nos mains-d’œuvre ensuite. Nous faisons du prêt de main d’œuvre, un peu comme Articonnex le propose 😉

vincent-jaloux-amenagement-extérieur-charpente-bois

Comment se déroule une journée type dans votre entreprise ?

Il faut savoir que la majorité de nos chantiers durent généralement quelques jours. Dans le Sud, on réalise notamment beaucoup de pergolas, qui représentent environ 2 jours de travail.

La journée type commence donc assez tôt , généralement entre 7 h 00 et 7 h 30 du matin, directement sur les chantiers, puisqu’on prépare toujours nos chantiers la veille au soir avec Nicolas, le confrère avec qui je travaille régulièrement.

La journée se termine vers 18 h et à partir de là, commencent mes 2e, 3e et 4e journée :

  • la 2e journée avec la préparation des commandes et toutes ces choses là pour le lendemain ;
  • la 3e journée, après diner, où je réalise toutes mes demandes de devis ou les visites des chantiers avec les clients ;
  • et puis la 4e journée c’est celle enfin en famille 🙂 .

Selon vous, votre entreprise fait-elle des efforts dans la protection de l’environnement ? Si oui, que mettez-vous en place au sein de celle-ci ?

Comme je n’ai pas d’atelier à proprement parler, je fais tout sur place et sur mesure. Je taille rarement le bois chez moi et le fais principalement sur les chantiers à partir de mon camion où j’ai tous mes outils. Je fais du travail en 2D et 3D à la maison, mais sur le chantier il y a bien souvent une autre réalité.

De par mon effectif, je n’ai également pas vraiment d’optimisation écologique particulière pouvant être mise en place.

Finalement, tout se passe autour de la sélection des bois que j’utilise. Le bois est sélectionné, je travaille avec certains fournisseurs donc je connais la qualité et l’origine des produits. Il m’est arrivé de changer de fournisseurs à cause d’une baisse de qualité des produits, et inversement, de renforcer avec d’autres qui avaient une traçabilité et une qualité des produits assez intéressantes, plus rassurantes pour le client et que je trouvais plus respectueuses.

vincent-jaloux-charpente-bois-cabane

Réutilisez-vous certaines de vos matières premières sur des nouveaux chantiers ? Réemployez-vous des matériaux récupérés sur des anciens chantiers ?

Oui, assez peu quand même, parce que tout est plus ou moins calculé.

Par contre, je fais quelques chantiers qui sont assez atypiques, de la restauration et de la rénovation de pièces assez anciennes où j’achète chez un vendeur de matériaux anciens des poutres de bois qui ont déjà 200, 300 ans, qui sont issues d’une démolition et que je réutilise pour une deuxième vie.

Ce n’est pas toujours simple, car on n’est plus sur des bois qui sont droits. C’est là où le savoir-faire est important et ce que je mets en avant. On utilise le vieux bois qu’il soit droit ou courbe. C’est peut-être ici justement ma démarche pour l’environnement, de respecter le bois tel qu’il est.

Avez-vous déjà partagé des ressources et/ou matériels (des machines par
exemple) avec des confrères ?

Oui ! On le fait beaucoup, notamment dans le Sud. On a un vrai travail de filière ensemble. Je fais partie de la Fédération Française du Bâtiment et on a une équipe extra au niveau des Bouches-du-Rhône.

Il y a une très grosse entraide, on se redonne des chantiers, on fait appel aux uns et autres en aide sur certains chantiers lorsqu’on n’a pas forcément toutes les compétences.

Pareil pour le matériel où on est facilement capable de se prêter le matériel entre collègues. Il y a vraiment une très belle amitié.

Comment pensez-vous qu’Articonnex puisse vous aider dans votre activité ?

Articonnex est quelque chose en quoi je crois beaucoup. Même si de par mon affiliation à la Fédération, j’ai peut-être aujourd’hui moins besoin de passer par la plateforme, mais tous les départements n’ont pas la chance d’avoir cette entraide-là.

Je trouve que le partage ou la location de matériaux est essentiel, car c’est une part qui est importante, surtout pour le métier de charpentier. Même les moyens de levage sont des gros budgets et quand on est un « petit artisan », ça représente des coûts assez colossaux.

De mon côté, ce qui me manque à l’heure actuelle et ce qui m’intéresserait via Articonnex c’est le partage d’ateliers. Je trouve ça génial et c’est un point sur lequel j’aimerai qu’Articonnex m’aide.

Recommanderiez-vous Articonnex ?

C’est une super idée, une très très belle idée, de pouvoir se partager et se louer des choses à moindre coût, et en plus entre artisans qui s’y connaissent.

J’ai hâte que la plateforme se développe davantage dans la région PACA !

Pour en savoir plus sur le travail de Vincent, rendez-vous sur son site officiel : www.charpentesjaloux.com

pergola-double-assemblage-bois-charpentes-vincent-jaloux